• Accueil
  • |
  • L'agence
  • |
  • Contact
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe


Grosso : "C'est important de basculer très vite sur autre chose"

Après le retentissant 49-0 encaissé à Toulon, les Clermontois ont pris le parti de passer rapidement à autre chose, bien conscients que leur véritable rendez-vous se déroulera dimanche face au Racing 92, pour un quart de finale européen en forme de planche de salut.



On encaisse assez rarement 49 points tout en n’en rendant aucun pour que cela s’avère sans conséquence… Voilà pourquoi, dans les travées de Mayol, les Clermontois n’ont pas échappé au courroux présidentiel, cette douce mélodie dans l’air du temps, cette fois-ci chantée Éric de Cromières. "Je n’est pas parce que je ne convoque pas les journalistes pour en parler que je ne dis jamais rien, souriait ce denier. Après le match, j’ai parlé aux joueurs, bien sûr. Dans ces moments-là, les thèmes sont toujours les mêmes. J’ai parlé de honte, d’honneur du maillot… Certains ont des étoiles sur leur maillot quand nous, cette saison, nous avons trois tâches. Après La Rochelle et Le Racing, ça commence à faire beaucoup..." "L’atmosphère était assez lourde, parce qu’on ne joue pas au rugby pour prendre 50 points, confirmait le manager Franck Azéma. Personne n’a joué à contre-sens de l’équipe, mais tout le monde n’était pas dans le même sens à Toulon, et on a lâché prise. C’est pour cela que j’ai dit après cette rencontre que je me sentais le premier responsable." "Cette déroute a fait mal à ceux qui y ont participé, bien sûr, concluait le capitaine Morgan Parra. C’est le genre de match qui fait cogiter, pour lequel on cherche des explications. Des réponses ? J’en ai. Mais elles ne sortiront pas du groupe."


Faites un commentaire