Vingt-trois années après avoir quitté l’Etoile Filante du Togo pour entamer une carrière professionnelle sous les couleurs de Club Africain de Tunis (Tunisie), l’ancien international togolais, Ouadja Lantame est de retour à Terrainvito. Mais cette fois, ce ne sera pas pour officier en tant que joueur…

L’ancien milieu de terrain du Shooting Star réputé pour son élégance sur le terrain, ses touches de balle, sa vision de jeu et ses lumineuses ouvertures, va plutôt servir en tant qu’entraineur de son ancien club. Et il en est tout fier. Tout heureux de faire partie du projet de remontée auquel tiennent sérieusement le président Me Wilson-Bahun Tété et ses collaborateurs depuis la saison dernière : « La priorité de l’équipe, je pense, c’est la montée en D1, et là, c’est ma mission et celle aussi  des joueurs, dirigeants et même des supporters. La position de l’Etoile Filante, depuis quelques temps, n’est pas du tout enviable. Et je crois qu’ensemble on pourra réaliser quelque chose cette saison par la grâce de Dieu ».

Ouadja Lantame, avec sa quinzaine d’années d’expérience sur le terrain en tant que joueur, et ses 7 années passées sur le banc technique, semble posséder les armes nécessaires pour relever le défi. Aussi précise-t-il qu’il « aime le travail bien fait, et déteste les à-peu-près ». Un caractère qu’il a sans doute brodé de ses passages à Badou avec Okiti FC en 2011-2012 pour ses débuts ; à Sokodé pour servir Sémassi FC la saison suivante, avant de bondir à Notsé également une année plus tard. Là, à la tête des Anges FC, l’ancien sociétaire de Servette FC de Genêve, n’est pas resté plus d’une saison non plus. Et c’est la formation du Régiment Parachutiste Commando qui en profite avant de le lâcher au club Asko de Kara en 2016, au bout d’une crise qui a secoué le football national entre fin 2014 et début 2016…

Les bons et mauvais souvenirs d’une saison et demie passées à Kara ont-ils forgé d’avantage l’homme ? On peut répondre par l’affirmatif puisque, à la question « Qu’est-ce qu’il n’aimerait pas que les dirigeants de l’Etoile Filante lui fassent en plein exercice ? », le fils de Bassar a souhaité que « Ses joueurs soient à l’aise pour que le travail se passe dans de bonnes conditions. Il faudrait également que les dirigeants s’en tiennent à leurs rôles et éviter de s’ingérer dans le choix des joueurs et dans les prises de décision du Staff technique ». Ceci dit, Ouadja Lantame promet tout de même de mettre de temps en temps de l’eau dans son vin pour qu’il soit consommable pour toute la Zone commerciale.

Pour l’heure, ses rapports avec les joueurs, dit-il, sont, « des plus cordiaux et respectueux puisqu’ils me prennent d’abord, comme un grand frère plus expérimenté et non un simple entraineur ».  En plus, déjà que ses nouveaux dirigeants lui ont donné carte blanche pour choisir son adjoint, l’atmosphère risque d’être saine tout le long de la saison, pour que la nuit de la dernière journée du championnat national de D2, le ciel soit momifié de couleurs bleue et blanche. Ce qui correspondrait au rêve de l’ancien milieu de terrain au célèbre dossard N° 8 du Shooting Star et des Eperviers du Togo. « Je ne suis rien et ne peux rien faire moi seul mais je crois que par la grâce de Dieu et le concours de tous, nous allons redresser la barre, et nous aurons le sourire à la fin », a conclu l’ancien capitaine des Eperviers passé en Tunisie, en Suisse, en Pologne, en Chine, au Quatar et en Indonésie.

Yves de Fréau

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here