D’abord hyper facile devant l’Allemand Yannick Maden, Rafael Nadal a dû s’employer et sortir quelques jolis coups dans le dernier set pour en venir à bout (6-1, 6-2, 6-4).

Il y eut d’abord cette égalisation à trois partout dans la dernière manche. Puis une autre quatre partout, quand Maden reprenait à deux reprises les breaks qu’il venait de perdre face au maître, qui interloqua le Lenglen au point de le faire hésiter à changer de champion en cours de partie. Mais à chaque fois, d’un coup sorti de nulle part, Rafael Nadal se remettait dans la poche un public venu simplement contempler le roi de la terre parisienne.

À part ce dernier set un peu accroché ? Yannick Maden donna une réplique un ton au-dessus l’espace de quelques points dans le second. C’était autour de la 5e reprise quand les deux hommes se sont asticotés à grands coups de massue et petits amortis perfides. Le reste de la rencontre a consisté en un solide récital de l’Espagnol, offrant cette sensation permanente de défendre chaque point comme si l’avenir du monde était en jeu ; impression renforcée, il est vrai, par ces grands râles qui ponctuent chacune de ses frappes.

L’équipe

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here