Les fans des Éperviers du Togo n’oublient pas cette époque où les relations ont été compliquées entre l’ancien défenseur central Serge Akakpo et son sélectionneur Claude Le Roy. Interrogé sur la question à la radio Sport Fm, le joueur dit plutôt le contraire de ce qui se lisait sur les visages.  

« Je ne parlerai pas de relations tumultueuses avec Claude Leroy. J’ai toujours eu un profond respect pour l’homme et l’entraineur. Dans une équipe, il y a toujours des choix qui sont faits et moi je suis un compétiteur. Forcément, quand je ne joue pas, je suis un peu déçu et quand je ne joue pas et qu’il y a défaite, je suis encore plus déçu. C’est tout ce que j’ai fait remonter à l’entraineur mais de là, à dire qu’on a eu des relations tumultueuses, je ne pense pas. Ça a été toujours dans le respect, ce que j’ai eu à lui dire. Quand j’ai décidé faire un break au niveau de la sélection, il n’était vraiment pas d’accord, il aurait préféré que je reste » a-t-il confié.

Le joueur de 32ans, reconverti en consultant sportif et qu’on voit d’ailleurs dans l’émission « la Team » de CANAL+, révèle qu’il a fait recours aux conseils de son ex-entraîneur avant d’embrasser ce nouveau métier : « Après, par rapport à ma reconversion, j’ai eu à discuter avec lui. C’est un choix qu’il a soutenu, lui un ancien de Canal+. Du coup, je ne peux que le remercier ».

Serge Akakpo a aussi fait mention des moments forts et inoubliables de sa carrière notamment la qualification du Togo pour la première fois en quarts de finale à la CAN 2013 et le drame de Cabinda qui a coûté la vie à plusieurs togolais.

« Il y a forcément la CAN 2013, on a vécu les choses fortes, on s’est qualifié en quarts de finale qui est une première pour le Togo. C’est la fois où, je me suis senti très bien dans cette équipe où j’ai senti qu’il y avait une cohésion même s’il y avait des petits problèmes à côté. Il y avait eu le match de la Tunisie, le match qui m’a fait vibrer parce qu’il a fallu être des hommes à la fin pour pouvoir s’en sortir. Il y a également Cabinda. C’est un moment fort, un moment triste qui va me marquer à jamais parce que jusqu’aujourd’hui je garde des séquelles » a souligné le natif de Lomé.

Revenant sur son jugement de l’équipe nationale actuelle, le désormais consultant sportif a retenu le positif : « Il y a une bonne équipe, il y a de bons jeunes qui arrivent. Ça peut s’explique par le manque d’expérience. Il faut du temps, c’est un renouvellement de génération. Il y a eu beaucoup de départs » a conclu M. Akakpo.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here